logo
le 19 Mai 2009

Les Français et la pomme de terre

En 1960, les Français mangeaient 100 kg de pommes de terre par an et par personne. Aujourd'hui, nous n'en mangeons plus que ... 40 kg/an/hab. Longtemps accusée de faire grossir, la pomme de terre commence à redorer son blason depuis que le consommateur sait quelle n'apporte que 70 kcal/100 g. Bonne source de glucides, la pomme de terre contient également des fibres, du potassium et de la vitamine C.

le 19 Mai 2009

Halal : un marché incontournable !

Avec, 1,6 milliards de musulmans dans le monde, le marché des produits halal est devenu un enjeu économique incontournable. Le marché mondial est estimé à 80 milliards $ et représente 5 % du commerce de l'agroalimentaire total (estimation qui peut aller jusqu'à 12 % selon les études).

En France, il représente un chiffre d'affaires estimé à 3,5 milliards d'euros avec une progression annuelle de 15 %. Cela représente 400 000 tonnes de viande, contrôlées à 80 % par les boucheries musulmanes. Cependant, les grandes marques commencent à se lancer dans les produits halal - Fleury Michon, Herta ou encore Sodebo - Chacun occupe la niche. Même les MDD s'en mêlent et deviennent force de proposition.

le 11 Mai 2009

Lancement appel à projets Vitagora®

Vitagora® lance son 8ème appel à projets de recherche et développements, innovants,
collaboratifs et créateurs de valeurs économiques et scientifiques qui devront s’intégrer dans au moins un des 4 axes stratégiques du pôle:
1. Goût tout au long de la vie
2. Construction, préservation et reconstruction du capital santé
3. Formulation, matériaux et procédés au service du goût et de la nutrition
4. Elaboration des productions agricoles : impact sur le goût et la nutrition

CLOTURE des candidatures : le 23 Juin 2009 à 12h00
Claire Arcostanzo - claire.arcostanzo@vitagora.com

le 28 Avril 2009

La nutrition au menu de la restauration

La restauration hors domicile est le premier budget des ménages affecté en période de crise. Cependant, les analystes tablent sur une forte croissance pour les années à venir grâce à la diminution du savoir-faire culinaire cumulée avec un taux de retour à la maison en net replis.
Ainsi, 4 grandes tendances se dégagent : du « moins cher, moins structuré (1 plat), au moins de repas au profit du grignotage, en quantité moindre » selon la recherche d’équilibre préconisée par les Pouvoirs Publics. www.nutravita.fr

le 28 Avril 2009

Consommation hors domicile en pleine progression

Avec 8,5 milliards € par an, la consommation hors domicile est en forte progression.

En France, le budget moyen consacré à ce type de consommation est de l’ordre de 1300 € TTC par an et par habitant, soit l’équivalent de plus de 3 repas par semaine et par habitant. Si le prix reste le premier critère (65 % des repas pris hors domicile coûtent < 10 €), il est talonné par les préoccupations de santé, de goût et de variété. Avec les recommandations de Santé Publique, la qualité nutritionnelle des repas servis devient une préoccupation majeure de ce secteur et les IAA sont obligées de faire face à ces nouvelles contraintes dans leurs offres produits. La RHD n’est plus un circuit de « dégagement » mais un marché en soit avec ses exigences et ses opportunités.

le 20 Avril 2009

De l’étiquette à l’assiette

De l’étiquette à l’assiette, bien des messages s’entremêlent.... D’un point de vue nutritionnel.

Vous connaissez mes “coups de gueule” dès qu’une marque se lâche d’un point de vue marketing nutritionnel.... Alors, pour se détendre, Alix, Sophie et moi avons commis :  De l’étiquette à l’assiette : Vérités et mensonges sur les produits alimentaires “ , un ouvrage pratique qui vous aidera dans vos choix, en magasins ou dans la cuisine.  Reflet du blog “miammiam” et fruit des questions posées par les blogonautes, ce livre écrit à 6 mains se dégustera avec le sourire et sans modération.

http://miammiam.mabulle.com

le 14 Avril 2009

Le marché des probiotiques

Connus depuis la nuit des temps grâce aux produits traditionnels (lait fermenté, kéfir, ...), les probiotiques sont devenus source d’intérêt de la part des industriels. Alors qu’en 2003, ce marché pesait à peine 6 milliards €, il  a quasiment doublé en 5 ans pour atteindre 10 milliards € en 2008, soit environ 10 % du marché mondial des aliments fonctionnels.
 
Ce sont «des micro-organismes vivants (appelés aussi bactéries ou ferments) qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, produisent un effet bénéfique pour la santé de l’hôte». Pour avoir l’appellation “probiotique”, ces micro-organismes doivent survivre au passage dans le tube digestif pour y proliférer. Bien sûr, ils doivent être consommés régulièrement et en quantité suffisante pour être bénéfiques pour l’organisme.
Ce sont les consommateurs qui ont favorisé l’émergence de ces ingrédients “bons pour la santé”. Leur succès est dû en grande partie au bénéfice santé visible par le consommateur lui-même, qui constate une amélioration de sa santé digestive en quelques jours seulement. Ainsi, l’effet « empirique » de la tradition s’est mué en effet avéré, propulsant l’ingrédient sous les feux de la rampe.
Dans les années 2000, les probiotiques animent avec force la tendance Santé qui se décline dans l’ultra-frais principalement.
Cependant, la refonte de la réglementation européenne sur les allégations, a donné un coup de frein dans l’innovation alimentaire toute tendance confondue. Le manque de visibilité dans ce que seront ces nouvelles règles n’incite  pas les industriels à aller de l’avant.
Résultat : à l’horizon 2013, on estime que le marché pèsera à peine plus de 12 milliards d’euros, soit une croissance annuelle réduite à seulement 4 %.

le 14 Avril 2009

"5 par jour"

La consommation de fruits et légumes de 4 000 Français des deux sexes âgés de 45 à 62 ans a été surveillée pendant 2 ans.

Ceux qui respectent le plus la recommandation de "5 par jour" sont préférentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans, qui ont un niveau d'éducation élevé, qui ne fument pas et qui boivent peu !

Les femmes qui ont une activité physique régulière, sont plus nombreuses à atteindre ce chiffre.

Enfin, un niveau d'éducation élevé conduit à manger une plus grande variété de fruit et légume.

Nutrinews N°57

le 23 Mars 2009

La taille des portions en question !

La taille des portions alimentaires ne cesse d'augmenter depuis les années 70.  Or, il est maintenant prouvé que plus l'offre est abondante et plus on mange, avec les effets que l'on sait sur le poids et la corpulence.  En surveillant mieux le calibrage des plats, les professionnels de l'industrie alimentaire, du fast-food et de la RHD pourraient faire oeuvre de salut public ! Nutrinews. British Journal of Nutrition, volume 101, n°1, p 122-131.

copyright © tous droits réservés | mentions légales | www.foodingredient.eu icone enveloppe | www.cybartis.com | webmaster admin