logo
le 28 Avril 2009

Consommation hors domicile en pleine progression

Avec 8,5 milliards € par an, la consommation hors domicile est en forte progression.

En France, le budget moyen consacré à ce type de consommation est de l’ordre de 1300 € TTC par an et par habitant, soit l’équivalent de plus de 3 repas par semaine et par habitant. Si le prix reste le premier critère (65 % des repas pris hors domicile coûtent < 10 €), il est talonné par les préoccupations de santé, de goût et de variété. Avec les recommandations de Santé Publique, la qualité nutritionnelle des repas servis devient une préoccupation majeure de ce secteur et les IAA sont obligées de faire face à ces nouvelles contraintes dans leurs offres produits. La RHD n’est plus un circuit de « dégagement » mais un marché en soit avec ses exigences et ses opportunités.

le 20 Avril 2009

De l’étiquette à l’assiette

De l’étiquette à l’assiette, bien des messages s’entremêlent.... D’un point de vue nutritionnel.

Vous connaissez mes “coups de gueule” dès qu’une marque se lâche d’un point de vue marketing nutritionnel.... Alors, pour se détendre, Alix, Sophie et moi avons commis :  De l’étiquette à l’assiette : Vérités et mensonges sur les produits alimentaires “ , un ouvrage pratique qui vous aidera dans vos choix, en magasins ou dans la cuisine.  Reflet du blog “miammiam” et fruit des questions posées par les blogonautes, ce livre écrit à 6 mains se dégustera avec le sourire et sans modération.

http://miammiam.mabulle.com

le 14 Avril 2009

Le marché des probiotiques

Connus depuis la nuit des temps grâce aux produits traditionnels (lait fermenté, kéfir, ...), les probiotiques sont devenus source d’intérêt de la part des industriels. Alors qu’en 2003, ce marché pesait à peine 6 milliards €, il  a quasiment doublé en 5 ans pour atteindre 10 milliards € en 2008, soit environ 10 % du marché mondial des aliments fonctionnels.
 
Ce sont «des micro-organismes vivants (appelés aussi bactéries ou ferments) qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, produisent un effet bénéfique pour la santé de l’hôte». Pour avoir l’appellation “probiotique”, ces micro-organismes doivent survivre au passage dans le tube digestif pour y proliférer. Bien sûr, ils doivent être consommés régulièrement et en quantité suffisante pour être bénéfiques pour l’organisme.
Ce sont les consommateurs qui ont favorisé l’émergence de ces ingrédients “bons pour la santé”. Leur succès est dû en grande partie au bénéfice santé visible par le consommateur lui-même, qui constate une amélioration de sa santé digestive en quelques jours seulement. Ainsi, l’effet « empirique » de la tradition s’est mué en effet avéré, propulsant l’ingrédient sous les feux de la rampe.
Dans les années 2000, les probiotiques animent avec force la tendance Santé qui se décline dans l’ultra-frais principalement.
Cependant, la refonte de la réglementation européenne sur les allégations, a donné un coup de frein dans l’innovation alimentaire toute tendance confondue. Le manque de visibilité dans ce que seront ces nouvelles règles n’incite  pas les industriels à aller de l’avant.
Résultat : à l’horizon 2013, on estime que le marché pèsera à peine plus de 12 milliards d’euros, soit une croissance annuelle réduite à seulement 4 %.

le 14 Avril 2009

"5 par jour"

La consommation de fruits et légumes de 4 000 Français des deux sexes âgés de 45 à 62 ans a été surveillée pendant 2 ans.

Ceux qui respectent le plus la recommandation de "5 par jour" sont préférentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans, qui ont un niveau d'éducation élevé, qui ne fument pas et qui boivent peu !

Les femmes qui ont une activité physique régulière, sont plus nombreuses à atteindre ce chiffre.

Enfin, un niveau d'éducation élevé conduit à manger une plus grande variété de fruit et légume.

Nutrinews N°57

le 23 Mars 2009

La taille des portions en question !

La taille des portions alimentaires ne cesse d'augmenter depuis les années 70.  Or, il est maintenant prouvé que plus l'offre est abondante et plus on mange, avec les effets que l'on sait sur le poids et la corpulence.  En surveillant mieux le calibrage des plats, les professionnels de l'industrie alimentaire, du fast-food et de la RHD pourraient faire oeuvre de salut public ! Nutrinews. British Journal of Nutrition, volume 101, n°1, p 122-131.

le 20 Mars 2009

Echo-produits.com, le portail de mise en relation fournisseurs / acheteurs

Le Studio T, agence de communication du Groupe Télégramme, lancera début avril la première plate-forme de mise en relation entre les acheteurs de la grande distribution (centrales d’achat et magasins) et les fournisseurs.
www.echo-produits.com est le 1er annuaire permettant aux fournisseurs de mettre en avant leurs produits de façon ciblée auprès des acheteurs qualifiés  et référencés dans notre base de données.
Tous les départements présents en GMS sont traités sur  ce site : frais, liquides, épicerie, textile, DPH, électroménager, bazar, culture… Outre l’aspect communication produits à destination des consommateurs, une rubrique « équipement magasin » sera également proposée aux acheteurs afin de leur offrir une information complète.
Chaque nouveauté postée sur le portail sera envoyée de façon hebdomadaire et de manière ciblée à notre base de contacts.

Les bénéfices pour les fournisseurs :
-    Une mise en relation directe entre les deux acteurs
-    Présentation détaillée des produits et de l’entreprise
-    Possibilité de relayer les actions de communication et de promotion
-    Un ciblage précis et optimisé
-    Un service simple, rapide et efficace
-    Possibilité de contrôler en temps réel les statistiques de consultation des produits mis en ligne

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter Florence SEY – Le Studio T Nantes – au 02 40 35 41 51 ou par mail : florence.sey@lestudiot.com

le 26 Février 2009

Marché du vin : la France à contre-courant !

Une fois n'est pas coutume !

Tandis que la consommation mondiale de vin est en hausse, elle recule en France, pays traditionnellement leader avec l'Italie. Ainsi, à l'horizon 2012, les Etats-Unis prendront la tête des pays consommateurs avec 2,8 milliards de litres par an. La Chine et la Russie vont connaître une forte croissance également et dépasseront l'Espagne actuellement au 7e rang. De bonnes raisons pour les pays producteurs - France, Espagne - d'attacher une importante particulière à l'export et principalement vers le Canada, les Etats-Unis ou encore la Russie. Selon les perspectives  de IWSR, 1 bouteille sur 3 consommée dans le monde sera importée ! (IWSR pour Vinexpo, Rayons Boissons N°171)

le 25 Février 2009

Le lait : poison ou produit dopant ?

Après avoir été considéré comme un poison, voici que le lait intéresse les chercheurs comme boisson de récupération pour les sportifs. Sa consommation entraîne la synthèse de protéines des muscles. Combinée avec des exercices de résistance d'au moins 12 semaines, elle augmente le volume des muscles et la masse maigre corporelle. Ainsi, le lait s'avère être une boisson post-exercice adaptée aux sports d'endurance. Plus efficace encore car plus dense nutritionnellement que les boissons énergétiques proposées aux sportifs actuellement. Affaire à suivre ... (Journal of International Society of Sports Nutrition, volume 5, n°15)

le 25 Février 2009

Facteurs de risque à la sur-consommation

Selon France Bellisle - chercheur en nutrition, la consommation alimentaire ne dépend pas seulement de l'appétit ou de la satiété. D'autres facteurs entrent en ligne de compte pour manger plus, ou moins ...

Parmi eux, la taille des portions exploitée par certains fabricants, poussent à manger plus. Cela a été maintes fois constaté tant chez les enfants que chez les adultes.

La variété des saveurs, des couleurs et des formes a une incidence sur la consommation alimentaire, une tentation à essayer une nouvelle denrée.

L'heure de la journée modifie la prise alimentaire : apparemment, un bon petit-déjeuner augmente l'effet de satiété dans la journée et diminue les quantités ingérées au cours de la journée.

Le nombre de convives autour d'une table entraîne de facto, un repas abondant. Est-ce la conversation  qui stimule le coup de fourchette ou l'effet d'entraînement ? Il semble toutefois, que plus on connaît les personnes dont on partage le repas, plus on mange.

Les distractions extérieures - TV, radio, journal, ... - augmentent de 15 % les prises alimentaires, et sans que l'on s'en rende compte ! Plusieurs études montrent qu’adultes ou enfants mangent plus et plus souvent lorsqu'ils prennent leur repas devant la télé.

D'autres occasions encore sont à dénombre, dont on n’a pas encore mesuré l'incidence ....

La musique, la couleur des murs de la salle à manger, le stress. Les personnes au régime pour contrôler leur poids sont très vulnérables à toutes les stimulations de l'environnement ...

Bref, il n'y a vraiment pas que la faim qui pousse à la consommation et Dieu seul sait que là encore, nous ne sommes pas tous égaux !. (Nutrinews hebdo N°50)

le 19 Février 2009

Le petit lait valorisé pour les Seniors

La préservation de la masse musculaire des Seniors passe par les protéines (et l'exercice physique). On attribuait jusque-là, un rôle essentiel aux acides aminés pour lutter contre la sarcopénie.

Une nouvelle étude semble montrer que les protéines du petit lait ont une place à prendre dans la nutrition des Seniors, car elles apportent un bénéfice supplémentaire par un mécanisme qui va au-delà des seuls acides aminés. Ainsi, le petit lait pourrait trouver une place de choix dans l'alimentation particulière destinée aux Seniors.

Nutrition Research 2008, Volume 28

copyright © tous droits réservés | mentions légales | www.foodingredient.eu icone enveloppe | www.cybartis.com | webmaster admin