logo
le 15 Octobre 2009

Additifs et auxiliaires de fabrication dans les industries agroalimentaires

Les exigences de la vie moderne et son cortège de produits pratiques, bons, sains, sûrs, bon marché... ne peuvent être satisfaites sans l'utilisation d'additifs. L'intensification de l'usage des additifs a bien évidemment conduit les pouvoirs publics européens à réévaluer tous les additifs déjà autorisés, ainsi que les conditions dans lesquelles ils sont utilisés. La réglementation est devenue très complexe en raison de la multiplication des substances susceptibles d'être utilisées comme additifs, mais aussi d'une législation très exigeante qui en réduit drastiquement le nombre.
Malgré cette législation extrêmement protectrice au regard de leur santé, les consommateurs sont très vigilants sur l'utilisation de ces produits. Pour toutes ces raisons les professionnels sont en permanence préoccupés par l'usage qu'ils peuvent faire ou ne pas faire des additifs et auxiliaires proposés par les fabricants. Additifs et auxiliaires de fabrication dans les industries agroalimentaires, depuis sa première édition, propose aux industriels, ingénieurs, vendeurs et aux étudiants (élèves ingénieurs, étudiants en BTS ou Master), une information objective grâce à une approche multidisciplinaire de ce domaine de plus en plus complexe.
Cette nouvelle édition ne déroge pas à cet objectif, en fournissant une information actualisée et complétée sur le plan sanitaire, scientifique, technique, juridique, éthique ou marketing. Cette « bible » des additifs actuellement autorisés en Europe, propose également des éléments de prospective pour un avenir proche.

Auteurs : Béatrice de Reynal & Jean-Louis Multon 

Edition Tec & Doc • www.lavoisier.fr

le 08 Octobre 2009

Monin adopte la Green attitude

En exclusivité CHR, MONIN a développé une gamme PET réservée aux Entrepositaires Grossistes. Une gamme de sirops en bouteille PET 100% recyclable qui recense les 7 parfums les plus plébiscités par votre clientèle : Cassis • Citron • Fraise • Glasco Citron • Grenadine •
Menthe Verte • Pêche.
Grâce aux avantages économiques, pratiques et écologiques du PET, MONIN vous offre la possibilité d’agir localement en faveur du développement durable. Découvrez et partagez avec MONIN de nouvelles opportunités de croissance !

alexandra@bbpcommunication.com

le 08 Octobre 2009

Les produits laitiers relancent leur publicité  

Face à la baisse de la consommation de produits laitiers en France révélée par les études Inca réalisées par l'Afssa, l'interprofession laitière (Cniel) veut s'appuyer sur les recommandations du PNNS : trois produits laitiers par jour. D'où le lancement, la semaine dernière, d'une nouvelle campagne publicitaire sur ce slogan, assortie d'un logo spécifique qui pourrait faire son apparition sur les emballages des industriels. Réalisée en deux vagues (octobre-novembre et février-mars), cette campagne de deux millions d'euros sera relayée par une opération s'étalant sur trois ans, soutenue à 50% par l'Union européenne, 20% par les pouvoirs publics et 30% par l'interprofession. RIANews

le 01 Octobre 2009

Les Français mangent mieux !

C'est que qu'il ressort de l'étude INCA 2. Le taux d'enfants de 6-15 ans en surpoids en France a tendance à se stabiliser. Il avait pourtant atteint 15 % en 1998, allant jusqu'à 19 % dans les milieux défavorisés en 2001. Cette "bonne nouvelle" ne doit cependant pas occulter que cette proportion est élevée et donc préoccupante.

le 24 Septembre 2009

NUTRICE : LE PROJET QUI OPTIMISE LA CUISSON DU RIZ

 
Co-labellisé par trois pôles de compétitivité - VITAGORA, Q@ALIMED et NUTRITION SANTÉ LONGÉVITÉ (NSL) - le projet NUTRICE, porté par SEB a été retenu dans le cadre du 8e appel à projets du Fonds Unique Interministériel (FUI). Il a pour objectif de comprendre l’influence des différents paramètres de cuisson sur les qualités organoleptiques et nutritionnelles du riz. Pour SEB, il s’agit de concevoir une nouvelle gamme de cuiseurs qui répondent mieux à la demande des consommateurs en termes de nutrition et de santé. marthe.jewell@vitagora.com

le 15 Septembre 2009

Ils ont du souci à se faire !

Les habitants de la ville de Bundanoon en Australie ont interdit la vente d'eau en bouteille dans leur commune depuis le 8 juillet dernier, au motif de la lutte pour la protection de l'environnement.  Décision prise à l'unanimité !

le 15 Septembre 2009

Les MDD progressent de 34 % en volume en 2008

Elles progressent ainsi de 1,5 % entre 2007 et 2008 en volume et de 1,1 en valeur. La France, avec 34 %, est en 8e position européenne en volume derrière la Suisse (53,5 %), le Royaume-Uni (47,9 %), l'Allemagne (40,9 %), la Belgique (40,4 %), l'Espagne (38,7 %), l'Autriche (37 %) et la Slovaquie (36,5 %), mais loin devant l'Italie (17,1 %) et la Turquie (12,9 %). La part de marché des MDD dépasse les 30 % dans ces 10 pays.

le 15 Septembre 2009

Les IAA s'en sortent bien !

Malgré la crise et des chiffres de production en baisse (-3,7 % fin 2008, -2,6 % début 2009), l'agroalimentaire est moins atteint que les autres industries en France, en recul de 18 % !

La forte baisse de la demande étrangère sur les alcools et les champagnes, explique en partie ce repli. L'effondrement des prix a également pesé dans les comptes, malgré une consommation soutenue dans l'hexagone, alimentée par une baisse des prix à la consommation. Process N°1262

le 08 Septembre 2009

La Stévia enfin autorisée sur le marché français !

Le rébaudioside A (extrait de Stevia rebaudiana) peut être employé en tant qu’additif alimentaire (édulcorant) jusqu’à la date d’entrée en vigueur de la liste des additifs autorisés dans les denrées alimentaires et au maximum pendant une durée de deux ans. Le produit doit contenir pas moins de 97 % de rébaudioside A exprimés sur la base anhydre. Son pouvoir sucrant est environ 300 fois supérieur à celui du saccharose. Il pourra entrer dans la formulation de boissons non alcoolisées, de desserts, de confiseries, de préparations de fruits et de légumes, de moutarde, ainsi que de compléments alimentaires liquides ou solides.

Vous pouvez désormais utiliser ce nouvel édulcorant dans vos formulations. www.greensweet-stevia.com

le 02 Septembre 2009

Comportement des Français vis-à-vis de la santé

L'INPES a étudié l'attitude des Français à l'égard de la santé, leur perception des messages de  prévention et l'impact des campagnes d'information. Il en ressort une grande disparité des perceptions et des comportements au regard de certains déterminants. Ainsi, 48 % des personnes interrogées estiment que leur santé dépend de leur propre comportement, ils sont 30 % à penser que l'environnement de vie détermine en premier lieu leur état de santé, tandis que 20 % penchent pour l'hérédité comme facteur déterminant. Cependant, ce constat varie en fonction de l'âge, du sexe ou la profession des personnes interrogées. Ainsi, 52 % des hommes considèrent que leur santé dépend d’abord de leur propre comportement, en revanche, 44 % des femmes citent l’hérédité. De même, les personnes diplômées mettent en avant le rôle du comportement, tandis que les ouvriers ou les personnes en difficulté privilégient l'environnement comme facteur principal d'influence sur  leur santé.

La fiabilité des campagnes d'information concernant le tabagisme, l'alcool ou les mauvaises habitudes alimentaires font l'unanimité. Cela n'empêche pas au public d'avoir un regard critique sur les informations diffusées : 68 % les jugent moralisatrices, 38 % restent indifférents, 36 % les voient infantilisantes, 33 % trop nombreuses, 28 % énervantes, 27 % angoissantes. Mais, la moitié de la population reconnaît que ces campagnes les ont incités à changer leur mode de vie.

Pour le tabac, 43 % des anciens fumeurs ont été impactés par les messages préventifs qui ont constitué une motivation pour arrêter.

Pour l'alcool, 1/3 des consommateurs ont réduit leur consommation grâce aux messages de prévention.

Enfin, 25 % des gens déclarent avoir durablement modifié leur alimentation.

Tous ces résultats ont permis d'établir 5 profils de consommateurs en fonction de leur réceptivité aux messages de prévention :

Les Réceptifs (36 %), majoritairement des femmes plutôt jeunes, diplômé et sensible à son avenir.

Les Indifférents (23 %), jeune et masculin, cherchent à vivre au présent. Ils estiment que la balle est dans leur camp.

Les Hostiles (15 %), sans profil spécifique, ont une préférence pour le présent et une faible sensibilité pour les questions de santé.

Les Méfiants (13 %) plus âgés et moins diplômés, ils disposent de bas revenus.

Les Angoissés (13 %) regroupent également des personnes plus âgées et moins diplômées, disposant de bas revenus, pour qui la santé reste prioritaire, mais ne dépend pas de soi.

equilibres@inpes.sante.fr

copyright © tous droits réservés | mentions légales | www.foodingredient.eu icone enveloppe | www.cybartis.com | webmaster admin