logo
le 23 Novembre 2010

Beneo améliore son expertise du chewing-gum de l'enrobage jusqu'au coeur

Le fabricant de glucides fonctionnels BENEO développe son expertise dans le secteur du chewing-gum en équipant son laboratoire d'Offstein, en Allemagne, d’une machine de malaxage, d'extrusion, d'enroulage et de striage. Cette nouvelle machine est destinée aux tests et à l’étude des nombreuses propriétés de l’ISOMALT, un substitut du sucre, dans les chewing-gums. Elle permet également à BENEO de proposer à ses clients une assistance complète dans le développement de nouveaux chewing-gums sans sucre, depuis l'enrobage jusqu’au coeur.

 
Un marché en constante augmentation

Compte tenu de l’augmentation constante du chewing-gum sans sucre sur les marchés de confiserie du monde entier et de sa croissance continue de 7,2 % prévue pour les deux prochaines années, le nouvel équipement de BENEO permet non seulement de réaliser des tests et des essais de produits, mais donne également aux confiseurs la possibilité d’explorer davantage le marché du chewing-gum avec l’ISOMALT.

 
Un chewing-gum plus savoureux grâce à l’ISOMALT

Des tests rigoureux, menés dans les laboratoires BENEO avec la nouvelle machine, se sont avérés encourageants. Ils montrent en effet que le coeur du chewing-gum contenant de l'ISOMALT confère au produit une texture, un enrobage et un goût excellents.

Grâce à l’ISOMALT, la qualité de la composition du chewing-gum et sa masticabilité sont préservées pendant la durée de conservation du produit. Un chewing-gum dont le cœur contient de l’ISOMALT ne durcit pas avec le temps et offre une meilleure stabilité, permettant une mise en forme et un enrobage aisés.

L’ISOMALT confère au chewing-gum un croquant qui s’accentue avec le temps. L’enrobage adhère plus facilement et le produit fini demeure plus stable lors de son stockage. Par ailleurs, l’ISOMALT créant moins de résidus collants, le processus d'enroulage et de striage est optimisé et le nettoyage des équipements plus facile, améliorant ainsi la ligne de production.

 
Des spécificités reconnues

L’ISOMALT est le seul substitut du sucre, dérivé de la betterave sucrière pure, qui confère au produit une douceur équilibrée, équivalente à celle du sucre, pour une diffusion prolongée de la saveur.

L’ISOMALT a des spécificités reconnues à travers le monde, notamment dans la création d’un croustillant bien équilibré et de couleurs vives dans les enrobages de chewing-gums.

L'utilisation du substitut du sucre de BENEO engendre des délais d'enrobage plus courts et une utilisation moindre de couleurs, assurant ainsi des résultats de qualité supérieure. Grâce à sa capacité de stockage, qui inclut une résistance aux éclats et aux craquements, l’ISOMALT aide également les fabricants dans la création de produits qui dépassent les attentes du consommateur.

le 22 Novembre 2010

Quelle image pour la production porcine de Bretagne ?

Une enquête IPSOS menée en juin dernier en Bretagne, montre que La production porcine bretonne bénéficie d’une assez bonne image, avec 60% de bonnes opinions pour les éleveurs et 62% pour la production porcine.

La filière est perçue comme indispensable pour le dynamisme et le tissu rural de la région, 70% pensent qu'elle contribue à l'animation du tissu rural et 61% que c'est une activité créatrice d'emplois.

Petit bémol concernant  l’impact environnemental de l’activité, 58% des Bretons pensent que la profession a pris conscience de sa responsabilité vis-à-vis de l'environnement. 64% considèrent que les éleveurs sont à la tête d’entreprises « à taille humaine » et 54% que les éleveurs se montrent soucieux du bien-être animal. 73% des interviewés estiment  qu’ils ont fait évoluer leurs pratiques d’élevage et 72% jugent que la production porcine a acquis un niveau de sécurité sanitaire élevé.

Une filière qui évolue dans le bon sens :71% des Bretons considèrent que, depuis ces quinze dernières années, l’image des éleveurs s’est améliorée. La population a majoritairement perçu les efforts entrepris par le secteur pour améliorer son image (63%) et estime qu’il évolue dans le bon sens (56%).Plus de huit répondants sur dix s’accordent sur la qualité de la viande produite par les éleveurs (82%) et  sur leur professionnalisme (80%).

Les principaux enjeux pour le futur :c’est d’abord sur la protection des eaux et des sols que les Bretons attendent des efforts de la part de la filière (72%), loin devant la diminution des nuisances sonores et olfactives (26%), le bien-être des animaux (26%), la qualité de la viande (20%) ou encore la sécurité sanitaire (15%). Sur ces points, la population reconnaît que de très nombreux efforts ont été entrepris et elle attend encore plus de résultats. L’information est de fait un axe de progression majeur puisque 58% de la population considère être mal informée sur ses activités et ses évolutions. etienne.mercier@ipsos.com

 
le 19 Novembre 2010

Jus de yuzu chez Sicoly

Sicoly, spécialiste des purées de fruits et fruits surgelés présente une nouvelle variété de yuzu, sélectionnée en Corée. Reconnu pour ses qualités gustatives, Sicoly fait de ce produit l’ingrédient de choix pour la fabrication d’un jus de yuzu non sucré.
Le yuzu, cousin du citron vert, originaire d’Asie, est aujourd’hui cultivé au Japon et en Corée. Parfois considéré comme alicament, cet agrume, reconnu depuis très longtemps en Asie, pour ses vertus médicinales, est un fruit riche en vitamine C, en fibres et en antioxydants. Le yuzu, déjà en vogue depuis quelques années, auprès de nos chefs occidentaux, est de plus en plus présent sur les cartes des restaurants gastronomiques et dans les pâtisseries les plus tendances. Cette nouveauté s’étend aujourd’hui à l’ensemble de la restauration.
Pour répondre à la demande grandissante de la part des consommateurs et des restaurateurs et pour fournir un produit d’une grande qualité, Sicoly a choisi de travailler avec un yuzu provenant de Corée. Ce dernier se distingue par son goût de pamplemousse et de mandarine citronnée, ainsi que pas son coté acidulé. Grâce à cette nouvelle origine, le jus de yuzu non sucré Sicoly, destiné aux préparations sucrées et salées, gagne en qualité et en saveurs. Vendu par carton de 6 barquettes de 1 kg ou en seaux de 22 kg, il permettra aux professionnels d’apporter une touche d’originalité à toutes les créations : plats, desserts, coulis, sorbets, cocktails, etc.

elodie@bureaudepresseagro.com

le 19 Novembre 2010

Galbani présente sa nouvelle préparation pour tiramisu

Galbani, leader sur le marché du Mascarpone, présente une nouvelle préparation pour Tiramisu, prête à foisonner, contenant 65 % de Mascarpone.

Ce nouveau produit, disponible en format brique 1L, est pratique d’utilisation et facile à stocker. Le petit plus : un emballage respectueux de l’environnement. Cette préparation répond parfaitement aux attentes des professionnels, tant sur le plan sanitaire, grâce à un traitement
UHT, que sur le plan gustatif. En effet, grâce à son rendu hautement qualitatif, proche du fait maison, il est l’ingrédient indispensable pour la réalisation d’un authentique Tiramisu, conçu dans la pure tradition italienne. De plus, ce produit facilement personnalisable, permet de créer des desserts originaux, présentés en verrines ou à l’assiette.

elodie@bureaudepresseagro.com

le 19 Novembre 2010

Le programme de certification GreenPalm attribue son millionième certificat !

GreenPalm, le site de négoce de certificats conçus pour soutenir la production durable de l’huile de palme, vient d’annoncer l’attribution de son millionième certificat ! Cette étape intervient deux ans après le lancement du programme. Depuis, cette initiative a reçu le soutien de multinationales telles que Carrefour, Findus, Unilever, Cargill, Marks & Spencer, Cadbury et d’autres acteurs majeurs.

Approuvé par la RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil – RSPO - Table ronde sur l’huile de palme durable), GreenPalm a été créé pour aider à lutter contre les problèmes environnementaux et sociaux liés à l'industrie de l'huile de palme : destruction des forêts tropicales et des habitats naturels, hautes émissions de dioxyde de carbone et déplacement des populations autochtones.
 
De toutes les huiles produites (végétales et animales), celle issue des palmiers a la croissance la plus rapide et la plus rentable : en effet, elle ne requiert qu’environ un dixième de la terre nécessaire pour la production d’une quantité comparable d’huile provenant d'autres cultures. Son faible coût a placé les huiles de palme et de palmiste parmi les ingrédients les plus répandus au monde. L’huile de palme est utilisée dans un produit emballé sur deux vendu en supermarché : on la retrouve dans les cosmétiques, les savons, le pain, les gâteaux ou encore, les plats cuisinés.
 
Toutefois, l'expansion rapide de l'industrie de l'huile de palme a conduit à des pratiques irresponsables qui ont mené à la formation de la RSPO et à la formulation des principes et critères de production durable. Aujourd’hui, l’huile de palme durable certifiée RSPO existe ; pourtant, son utilisation ne permet pas une rentabilité satisfaisante en raison de la complexité des nombreuses chaînes d'approvisionnement concernées, qui ralentit également sa mise en place.
d.laskart@open2europe.com

le 21 Octobre 2010

Aux sources de l'alimentation durable, nourrir la planète sans la détruire

Notre alimentation provient majoritairement de filières nuisibles, voire catastrophiques pour l’environnement et la société. Bien que ce constat soit largement connu depuis plus de trente ans, la situation continue de s’aggraver.

Pourtant, quelques entreprises pionnières font la démonstration que des solutions efficaces

existent. Derrière le déferlement publicitaire vert qui remplit l’espace public, comment ces acteurs d’une véritable alimentation durable peuvent-ils se faire entendre ?
Grâce à une enquête de terrain inédite, en France et dans le monde entier, Lionel Astruc décrypte les enjeux de sept aliments exemplaires, souvent même avant-gardistes, garants de critères écologiques et sociaux très élevés. Il remonte les filières de chacun de ces produits (tous vendus en France) pour vérifier ce qui se cache derrière les engagements affichés. Les surprises – bonnes, parfois mauvaises – émaillent ce long périple qui nous emmène au Cambodge chez les grimpeurs de palmiers à sucre, en Bolivie sur les hauts plateaux où pousse le quinoa, sur un bateau de pêche suédois en mer du Nord, à Madagascar dans les bassins aquacoles les plus écologiques du monde, chez un éleveur de truites bio dans un lac au pied des Pyrénées, sur les pâturages cantalous et dans les jardins solidaires français de fruits et de légumes. Agriculture biologique, production locale en circuit court, protection des terroirs, commerce équitable : chacun des produits cumule plusieurs de ces atouts dans le cadre de filières cohérentes du champ jusqu’à l’assiette. Parallèlement, l’auteur donne de nombreux conseils pour que chacun puisse adopter les bons réflexes dans sa vie de tous les jours, facilement et à un coût raisonnable. Les parties pratiques qui jalonnent le livre s’adressent aussi à tous les budgets, afin qu’une alimentation saine et écologique soit rendue accessible à tous.

 

Lionel Astruc • Collection Terre Durable • Editions Glénat • 25 €

le 15 Octobre 2010

Des sucreries de nouveau dans les caddies français

Si l'année 2009 a été une année de stagnation, en revanche, il n'en est pas de même pour le 1e semestre 2010 qui voit la consommation de sucreries augmenter en France, de 2,4 % en volume. Selon la société Kantar Wordpanel, les ventes de produits superflus auraient progressé de 5,3 % tandis que les produits jugés indispensables n’enregistreraient qu’une hausse de 1,6 %. Le secteur de la confiserie ou encore du saumon fumé nargue désormais les marques des distributeurs en affichant des évolutions de ventes jusqu’à 14,4 % (pour le saumon fumé par exemple au 1er semestre 2010).  Cet intérêt soudain pour les produits futiles s’expliquerait par une hausse des dépenses publicitaires allouées à ses produits ainsi que par la gourmandise des consommateurs à s’offrir des petits plaisirs accessibles. La baisse de fréquentation des restaurants au profit « des dîners à la maison » peut aussi expliquer l’engouement des Français pour les produits plus raffinés. www.agro-media.fr

le 07 Octobre 2010

Production et commercialisation de distributeurs de baguettes de pain

La société Pac Vending a mis au point un terminal de cuisson automatisé innovant permettant de cuire et de distribuer une baguette de pain chaude en moins d’1 minute 30.

Ce distributeur a été conçu pour permettre une implantation et une exploitation rapide et simple. Les baguettes sont stockées pré-cuites et surgelées. Elles peuvent peser de 220 à 280g et plusieurs types de pains peuvent être proposés.

Le stock est conservé à – 12 °C avec une D.L.C de 12 mois qui évite les invendus. Un module de télésurveillance informe l’opérateur en charge du suivi de la machine de l’état du stock de pain et des éventuels problèmes de maintenance.

Ce projet a obtenu le 1er Prix Développement au 17ème Concours national de la création d’entreprises agroalimentaires d’Agropole

pacvending@pacvending.com

le 07 Octobre 2010

NVB développe et exploite un procédé innovant de panification.

L’innovation réside dans le processus de réalisation de la pâte qui permet d’augmenter de manière significative le rendement de production. Le procédé est plus simple (quatre étapes au lieu de huit). Il utilise les matériels traditionnels de la boulangerie : pétrin, chambre de pousse, four, réalisé avec un équipement spécifique, la Noovel, machine brevetée.

Le pain issu de ce procédé est un produit plus aéré qu’un pain traditionnel, avec une croûte très fine et croustillante et une mie alvéolée. Son taux d’hydratation lui permet de rester consommable plus longtemps, le produit supporte très bien la congélation.

Cette machine a obtenu le 1e prix de créaation au 17e Concours National de la Création d’Entreprises Agroalimentaire d'Agropole.

le 24 Septembre 2010

Après la stévia, place au Luo Han Guo !

ou Siraitia grosvenorii, une liane originaire du sud de la Chine, connue aussi sous le synonyme de Momordica grosvenorii et Thladiantha grosvenorii, qui pousse de 3 à 5 m de long en s'élevant verticalement et en s'accrochant et en s'enroulant sur les autres végétaux. Les feuilles en forme de coeur font de 10 à 20 cm de long. Le fruit de forme ovale de 5 à 7 cm de diamètre contient une pulpe sucrée, comestible ainsi que de nombreuses graines. Son fruit est plus connu sous son nom chinois luo han guo. L’extrait du fruit est 300 fois plus sucré que le saccharose et est utilisé comme édulcorant naturel alimentaire. C’est un ingrédient de la médecine chinoise traditionnelle. Des hétérosides au pouvoir sucrant intense, le mogroside V, mogroside IV et le siamenoside I qui sont responsables du goût sucré du fruit. Il a pris un bon départ sur le marché des édulcorants grâce à l’obtention de son statut GRAS. Cependant, malgré son image de naturalité, il n’a pas les antécédents de formulation sur le marché asiatique et notamment au Japon.

Lu Ann Williams - contact@innovami.com

 

copyright © tous droits réservés | mentions légales | www.foodingredient.eu icone enveloppe | www.cybartis.com | webmaster admin